Rechercher
  • Cyril Léger

Une Irrésistible Ascension



Une force en nous cherche à s’élever. Quoi que nous fassions, elle agit de sorte à produire un désir puissant de s’unir à elle, de plonger jusqu’à habiter chaque repli de son étoffe.

Paradoxalement, il est nécessaire de s’abandonner, de s’abîmer intégralement en elle pour atteindre le sommet qu’elle a prédestiné à notre attention. Ce jeu de matière divine à son sommet et sensible à son extrémité amène par friction, le polissage des âmes et de leurs appareillages.


L'Humanité est à l’extrémité de Dieu. Nous sommes les rebords ciselés et granuleux de son doigt, la pointe de sa flèche tendue vers le pole d’inaccessibilité. Nous sommes à la fois disposés à l’extrémité et pourtant, toujours en plein cœur de l’aventure.


Ce qui est deux en apparence reste Un dans sa Nature profonde. La matière unifiée à son principe créateur déploie ses trésors de créativité et ses qualités régénératives. Dans cette communion, l’ascension est irrésistible. Tout grandit et se soulève en une unique direction comme l’amoureux transi par sa bien-aimée.


Cette allégorie concerne plus que les individus dans leur inévitable progression mais l’ensemble du vivant. Nous apprenons actuellement par l’aspect sensible à nous sentir relié jusqu'à l’indivisibilité. Nous offrons à l’humanité et au-delà, les qualités essentielles pour régénérer la vie au sein de sa propre narration collective et créer à chaque fois que nécessaire un nouveau modèle où se raffermissent la dignité et l’égalité des droits.


Comment mieux habiter toutes les relations de l'existence ? En prenant conscience de l'interdépendance. Une seule pollution déposée dans un océan et c'est tout l'océan qui est pollué. De la même façon, l'air que nous respirons circule si rapidement qu'en une année seulement un souffle d’air fait le tour de la Terre. L'air que nous respirons est aussi celui qui a été rejeté par d'autres avant nous. Ce qui revient à dire qu'une partie de l'air que nous respirons à cet instant a aussi été respiré par Jésus-Christ, Bouddha, Mozart et Léonard de Vinci mais également par chaque être vivant.


Composés d'eau et d'air, nous vivons dans un environnement commun qui ne connaît aucune frontière. L'interdépendance est un fait scientifique qu'on peut aussi mesurer par l’action des pensées et de leurs effets sur la matière environnante. Cette matière à la fois visible par les planètes et les étoiles et invisible par sa structure éthérique s’étend d’un bout à l’autre de l’univers sans discontinuité.


L’être humain est un microcosme habité par un cosmos. Il nous faut percevoir également l’inverse, c’est-à-dire, le cosmos comme un microcosme afin de comprendre l’illusion de la distance. La distance n’existe pas, ce qui est ici est aussi partout. Par conséquent, la façon dont nous relationnons avec les éléments qui nous sont les plus proches a un rayonnement absolu sur l’intégralité de l’univers.


En cette période de l’énergie du Cancer, prenons un instant pour observer l’absolue communication de chaque élément au travers du Tout. De sorte à saisir par le prisme de l’intuition, la qualité d’amour qui s’élève actuellement et demande pleinement notre soutient.


Photo Credit: Furstset

37 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE