Rechercher
  • Cyril Léger

Peut-on choisir ses pensées ?



Platon a développé la géométrie des solides, soit une série de symboles qui représentent l’essence de chaque élément. Lorsqu’il dessinait ces symboles sur le sable, à l’aide d’un bâton, il disait à ses disciples que ceux-là existaient dans la pensée avant d’exister dans le sable.


Il exprimait par là, que la pensée précède le mouvement, que la pensée précède à toute existence. Par conséquent, la création est la mise en mouvement de la pensée. La pensée apparaît finalement comme une intelligence supérieure qui organise avec élégance et harmonie l’univers et toutes ses manifestations.


Pouvons-nous alors vraiment choisir nos pensées ?


Pas sûr... Cependant, toutes les expériences de notre vie produisent un mouvement infini vers la pensée et il s’ensuit une « réflexion » de cette mystérieuse intelligence. Dans sa nature fondamentale, cette intelligence qui habite les hauteurs épurées de l’âme, chercher à rayonner l’inséparabilité de toute chose dans chaque action quotidienne.


Ce qui est à notre disposition, ce n’est donc pas directement la pensée à son niveau le plus élevé mais la façon dont nous choisissons pour chacun de la traduire et donc de la réfléchir sur son environnement. Seule la partie « création » appartient à notre entier libre arbitre et nous en sommes ensuite les dépositaires.


Une phrase du Zen dit : « Nous sommes à la fois le père et le fils de chaque création. »


Le soleil brille exactement de la même façon sur les hommes qui œuvrent à l’élévation de tous que sur ceux qui propagent l’ignorance. Nous avons chacun à choisir si nous allons « réfléchir » la lumière ou les ténèbres.


La pratique de la méditation, dans ce sens développe un espace propre à révéler cette pensée et à demeurer en elle de sorte à pouvoir ensuite cultiver des actions reflétant cette haute fréquence de la pensée. Ainsi, nous tissons au quotidien par le biais de nos actions, une réalité augmentée, une vie en haute définition manifestant la nature véritable de la pensée. La création produit ainsi une expérience de la vie orientée depuis l’âme.


Nous choisissons ou plutôt nous exerçons notre volonté dans une certaine direction seulement. Ce n’est peut-être pas nos pensées qu’il est préférable de choisir mais une orientation continue de son mental dans la lumière de l’âme.


La lumière de l’âme amène l’ego qui recherche uniquement son confort personnel à fléchir vers une dimension plus collective où la fraternité est le langage universel. Cet état de l’âme amène une coopération et une élévation de l’ensemble des éléments qui constitue cette entité divine et dans laquelle, l’existence de tous donne sens à sa propre existence.


Par conséquent lorsque se pose la question de choisir ses pensées, il est plus question de l’élimination des réflexions intérieures qui ne sont pas dirigées vers la lumière de l’âme.


Méditer, dans la lumière de l’âme est la plus sûre façon de diriger l’ensemble de son être qui incluant la pensée dans une direction qui soutient l’effort commun du vivant à s’élever et à transcender sa condition.


Texte | Cyril Léger

8 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE