Mourir d'Amour






Chaque monde est amené à mourir afin de laisser sa place à un autre monde. La mort n'est pas le résultat de la fin de la vie mais celui d'une progression de la révélation de l'amour inéluctable dans son existence.


Le feu de l'enfer est celui de l'égoïsme, le Feu de l'amour est celui du Service et du Don à la Vie. Un monde enflammé par l'amour est le signe d'une régénération de la vie. C'est le don que Dieu offre à la vie, de nouveaux vêtements pour affronter une nouvelle saison.


La mort est la transition de la vie à la Vie, c'est le cadeau du plus petit au plus grand. Nous vieillissons par l'effort du cœur et de l'esprit à s'ouvrir à l’unisson avec l'Incommensurable. Et nous mourrons de l'amour qui, d'avoir tant grandi, se déverse ensuite au-delà du corps telle la cascade faisant plonger la rivière le cœur en avant pour irriguer les vertes plaines afin qu'une saison fleurisse à nouveau. Chaque mort est une cascade par laquelle s'élève le pouvoir de l'amour.


Soyons de ces gouttes qui aspirent à s'élever par le plongeon dans l'abîme. Abîmons-nous tout entier dans les profondeurs de la Vie. Visitons les grottes de nos peurs et de nos souffrances. Du bardo caverneux, nous ressortons régénérés et pleins de vie, nous sommes alors de ces flots qui jaillissent de la roche, tumultueux et rafraîchissants.


De l'érosion de l'ancien monde, nous empruntons la voie du parangon et devenons l'aliment du nouveau. C'est là le cadeau de la mort à la vie, construire le nouveau chargé du souvenir de l'éternelle Vérité.


Nous ne voyageons pas de la vie à la mort mais de l'ignorance à l'amour, du chaos à l'harmonie, de la laideur à la beauté. L'art est la mise en lumière de ce voyage. Nous sommes des voyageurs vagabondant dans les tumultes de l'existence révélant jour après jour, un peu de cette Beauté mystérieuse.