Rechercher
  • Cyril Léger

Les êtres sensibles sont sans cible



Derrière ce titre volontairement provocateur, j’essaie d’attirer votre attention sur le fait que nous sommes plus que l’expérience sensible que nous faisons du monde. Nous sommes doués de la pensée et comme l’énergie suit la pensée alors nous sommes aussi doués du pouvoir de l’intention (la volonté). Bien sûr, que nous sommes des êtres sensibles. Oui mais voilà, il est nécessaire d’expliquer cette sensibilité sinon nous la réduisons souvent à une expérience matérielle qui reste très limitante.


L’humanité a mis des millions d’années pour développer le mental par le biais de la conscience et être ainsi capable de savoir, comprendre et décrire l’expérience humaine.

Par exemple, si vous prenez une plante dans vos mains, vous faites l’expérience du toucher et vous ressentez des phénomènes que vous allez pouvoir décrire et expliquer.


Maintenant, si on vous coupe la tête pendant que vous tenez la plante entre vos mains, ayayaï !!!! Vous faites toujours l’expérience du toucher mais vous ne serez plus capable d’en décrire l’expérience. Parce que cette expérience n’est plus reliée à votre cerveau pour la traduire et accessoirement vous n’aurez plus aucune conscience de la douleur...


C’est parce que nous sommes des êtres dont la sensibilité s’est étendue au-delà du plan purement physique, elle est aussi mentale et elle utilise la conscience de soi à cet effet. Réduire l’existence à une suite de relations éprouvées uniquement par les sens est donc très réducteur.


Il y a peut-être ici matière à soulever une hypothèse à ce que l’on nomme « l’hypersensibilité » qui reste une souffrance pour toutes celles et ceux qui n’ont pas encore appris à utiliser leur mental pour donner à cette sensibilité accrue une direction à leur existence. L’apprentissage de la concentration par la méditation pourrait probablement permettre de sortir de cette souffrance.


Devenir le Penseur (l’Âme, le Soi) c’est vivre à travers une sensibilité plus étendue et subtile car on peut sentir, ressentir mais aussi aller au-delà des sens en activité et capter l’Essence qui est à l’origine de l’expérience et en avoir conscience.


La conscience du Penseur développée ajoute le pouvoir de l’intention (la volonté) comme une corde supplémentaire à l’arc humain. Je ne parle pas ici de la volonté du petit moi égoïste qui s'exprime en disant "je veux ci ou ça" mais de la Volonté impérieuse, de ce souffle qui a le pouvoir de produire à travers chaque être vivant une note si pure qu’elle influence ensuite tout le reste de l’existence dans sa juste destinée.


Avant d’être, le Penseur, ce qui demande de l'effort et de la pratique, on peut se donner pour objectif de faire « comme si » on était le Penseur, afin d’avoir la possibilité de choisir des axes précis à sa pensée et d'orienter son existence. Puisque l’énergie suit la pensée, alors cette énergie a enfin de réelles possibilités de devenir une réalité objective.


Être le Penseur ne signifie pas penser à ce qui serait bon pour soi mais BIEN pour le monde afin que les lignes qui se tracent dans l’univers matérialisent un chemin commun. C’est un humanisme universaliste qui nous attend et nous consacre à concentrer l'énergie vers une architecture collective du monde de demain.


Rappelons-nous que le monde de demain se construit à chaque instant par le Penseur et se réalise aujourd’hui.

28 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE