Rechercher
  • Cyril Léger

L’Homme-Parfait



Nous avançons peut-être au travers d’une certaine idée de la perfection. Nous avons beau savoir que la perfection n’existe pas, pourquoi aspirons-nous tous à une forme d’excellence, de noblesse, d’éthique, d’expression courageuse de l’être ? Je serai même tenté de dire que nous cherchons à exprimer une façon héroïque de vivre.


Il y a dans toute quête, une recherche infinie de perfection, un absolu qui ne sera jamais atteint, une complétude qui s’évertue à maintenir sa course dans l’expression perpétuellement inachevée de l’Être.


Ce mouvement continu est source de tourments et de tensions et pourtant, il réside au cœur de cette quête, une joie incommensurable. Un plaisir inexplicable à cheminer vers l’inconnu, vers le vide.


L’homme et la femme sont des expressions divines de l’Âme, des émanations dans les formes, d’un désir de perfection qui stimule la matière jusqu’à l’élever à son plus haut degré de qualité. Le diamant naît d’une roche vulgaire. Un désir profond de rayonner, amène l’essence du diamant encore non révélé dans le carbone, à se condenser jusqu’à atteindre une certaine perfection.


Quel prodigieux miracle alchimique. Existe-t-il un matériau plus élevé et noble que le diamant ? Peut-être que oui... Peut-être aussi découvrirons-nous un jour, un fragment de roche ayant su transcender sa propre matière en une géométrie plus édifiante encore.


L’Âme est pureté et ne peut être contenue dans un simple appareil. C’est sans doute pour cette raison qu’Elle nécessite deux versions de sa propre essence, le masculin et le féminin rassemblés en une harmonieuse symphonie où se meurt d’amour l’un à travers l’autre.


Cette danse ancestrale donne lieu à une fertilité conséquente où de nouvelles formes apparaissent toujours plus abouties, plus sublimes. Une démultiplication formidable chorégraphiée par le Dessein de la Vie.


Puissions-nous être bouleversés par cette manifestation continue d’amour intense et pure.

Il n’y a pas de vie parfaite mais une expression parfaite de la vie. Une expression prodigieusement vivante qui embrasse chaque instant comme le premier et le dernier car nous savons qu’il n’en existera pas deux comme celui-ci.


Cet instant où l’éternité se tient tout en haut, en suspension merveilleuse et délicate. Alors, le mouvement de la Vie peut amorcer sa descente au travers de toutes les formes qui lui sont offertes afin de les traverser, de les nourrir et les pousser toujours un peu plus dans la mort, un peu plus dans la vie, un peu plus dans l’amour.


La distinction entre ses trois aspects de la vie n’est pas si profonde. Somme toute, trois façons de l’expérimenter dans sa plus gracieuse version.


C’est au bord du précipice, dans ce nano instant qui précède le saut dans le vide, que la vérité se révèle. Elle est nue, implacable, vibrante, désarmante. Elle brûle toutes les scories encore présentes et ne laisse que l’essence éternelle rayonner.


Il n’existe pas d’autres alternatives qu’Être. Être simplement, Être tout entier, Être tout, Être plein de ce vide qui habite tous les espaces de la Vie. Percevoir alors les détails infinis, les chants miraculeux des atomes, la traine de poussières étincelantes des pensées que les étoiles murmurent et que la conscience entraîne dans son mouvement doucement impétueux.


Fermez les yeux et écoutez le cantique des astres, la mélopée des feuilles qui tombent sur le sol humide, l’aria des abeilles rentrant à la ruche, le récital des fleurs accompagnant la présence du Soleil. L’hymne silencieux des Montagnes du Nord, la rhapsodie secrète des neiges éternelles.


Tout n’est que grâce et célébration de l’Homme-Parfait.

Sans cette puissante volonté de grâce et d’excellence de l’Âme à vibrer dans les atomes de matière éphémère, la souffrance n’aurait aucune raison d’être, la foi serait futile, la maladie inconsistante, la mort... une vaste erreur.


Seulement aucune erreur n’est possible, aucun espace n’est promptement vide car une volonté supérieure nous habite, nous demande, nous guide vers la noblesse, le courage, la geste héroïque. Tout chante, tout célèbre, tout s’élève vers la lumière.


L’avez-vous vu, entendu, perçu ? Car elle se tient là, tout près du cœur. Allez-y, avancez... encore un peu plus, osez pénétrer au centre, c’est là qu’est votre place, en pleine lumière. N’ayez pas peur, c’est là que toutes et tous résident.


Vous êtes ce fragment de lumière, cette étincelle merveilleuse, cette Présence poétique et délicieuse qui émanent de toute chose. Je vous ai vu, en mon cœur, j’ai perçu votre présence. Ensemble, nous sommes cet Homme-Parfait. Ensemble, nous sommes. Ensemble, nous. Ensemble-Parfait.


Texte Cyril Léger


Image @Drenday

23 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE