Rechercher
  • Cyril Léger

Ensemble vers l'Un-Possible



Dans cette période de transition sociale, écologique et spirituelle, les individus ont peur de perdre leur travail, leur confort parfois précaire, leurs fondations, leurs repères, leurs croyances. La peur, énergie puissante et initiatrice de solutions perverses, associée à la cupidité, la souffrance et la superstition nous plongent dans la tentation de commettre égoïstement des détournements de fonds spirituels.


Cela consiste à demander à l’univers ce que nous croyons être extérieur à soi. Si nous demandons à l’univers de nous contenter là où nous croyons être vide, c’est que la confiance en notre véritable identité, puissance et fonction sont encore faibles. Accorder sa confiance à l’univers à cet endroit, c’est reconnaître notre grande difficulté pour transformer ce qui doit l’être. Or, le changement dépend de nous seulement et seulement alors, nous serons aidés en retour par l’univers au travers de nos Frères aînés. Dans le cas où nous cédons à demander à l’univers de combler nos manques, nous pratiquons un détournement de l’énergie cosmique pour satisfaire nos besoins égoïstes.


Expliquer ceci va à l’encontre de la tendance actuelle. Cet effort pour entrer en soi et se connaître jusqu’à devenir capable de se changer soi-même n’est pas très populaire. Néanmoins, ceci est la voie de la transformation spirituelle et c’est de cette façon que les textes anciens ont enseigné le progrès de l’humanité. Toute personne qui étudie ces phénomènes sérieusement pourra éprouver scientifiquement à travers le corps, les enseignements offerts par les Sages.


L’être de lumière se sait être d’origine fohatique. Il est un soleil dans le Soleil et agit comme tel. Il ne demande rien et comme le Soleil qui dispense ses rayons de façon égale sur les immondices des quartiers pauvres ou sur les maisons bourgeoises des villes, l’être de lumière donne tous les résultats de ses actions à la Vie. Il se sait être seulement le témoin de l’incommensurable Mystère. Il n’essaie pas de contrôler la Vie, ni de l’utiliser pour satisfaire ses manques mais de la servir avec discernement, amour et authenticité.


La Vie, dans sa grande Intelligence, sait utiliser chaque action offerte à son Dessein. L’activité quotidienne (Soi)gneusement orientée est la conséquence d’une focalisation mentale et de l’organisation des sens sacrifiés sur l’hôtel du Bien, du Beau et du Vrai comme modalité de l’expansion de la Conscience universelle.


La voie du Yoga enseigne que de ne pas jouir des actes que nous commettons est un sacrifice considéré comme une offrande à la Vie. Ce don volontaire de ces biens matériels, de sa connaissance et de ses actions à la réalisation spirituelle est le plus noble accomplissement individuel. La réalisation spirituelle n’est en aucun cas une réalisation personnelle mais un effort déterminé à l’accomplissement du glorieux Dessein de la Vie à travers soi. Soyons comme le fruit de l’arbre qui tombe et sert à nourrir l’environnement.


Libéré du bonheur comme du malheur, indifférent à la joie comme à la peine, l’être de lumière est libre d’offrir tout entier son existence à la Vie car il se sait être sa plus merveilleuse expression. Dans l’équanimité, l’être de lumière habite le cœur. Depuis ce centre, il aime et dans l’amour il sert et dans le service il prend part à sa céleste Symphonie.


« La méditation est supérieure au savoir et le renoncement aux fruits des actes est supérieur à la méditation. » Bhagavad Gita



La vérité est que le bonheur comme la peine trouble la paix de l’univers. Le bonheur est la recherche du plaisir éphémère. La peine est l’ignorance des lois universelles qui gouvernent. On peut s’extraire de cette dualité dans l’équanimité de l’âme par la rencontre répétée avec la Joie ultime et profonde d’être Un avec Tout. Cette Joie est éternelle et aucune fin ne peut rompre l’extase sublime de la synthèse unifiée.


Avant de demander à l’univers ce qu’il peut faire pour nous, demandons-nous ce que nous pouvons accomplir pour Lui. Détachons-nous des résultats et offrons les conséquences des actes vertueux à l’accomplissement du Dessein divin afin que la lumière progresse et éclaire toujours un peu plus chaque Nations, chaque peuple.


Comment renonce-t-on aux fruits de ses actes ? En ne cherchant aucun bénéfice personnel. Une action gratuite signifie que nous ne tirons aucune gratification affective, aucun fragment lumineux pour éclairer notre mental en quête de compréhension, aucun confort physique, aucune gloire pour la notoriété que cela peut susciter ou de peine pour le manque d’intérêt que cela peut générer. Seule compte l’impérieuse voix intérieure de la Vie qui commandite cette action. Le résultat dans tous les cas ne nous appartient pas.


Comment découvrir l’équanimité ? Par la méditation orientée pour être et vibrer depuis l’arrière-plan du monde. Pour devenir conscient de l’intention portée à chaque action. Pour apprendre par l’expérience comment vivre dans le monde de la dualité sans être affectée par elle et habiter la douceur sattvique. La spéculation philosophique, la méditation, l’activité désintéressée forment le Service, la voie de l’épanouissement de toutes les âmes.


La Vie utilise nos compétences pour réaliser son propre accomplissement. Ce que nous considérons comme notre lumière n’existe pas, c’est la Lumière de la Vie en tant qu’énergie fondamentale dont nous jouissons à l’intérieur et l’éveil spirituel consiste à réaliser que c’est cela notre véritable identité. La Vie est une unité absolue où tout ce qui se crée participe à sa révélation. Il n’existe rien en dehors de sa Présence, ce qui est manifesté comme non-manifesté est de sa nature Une et absolue.


Si les actions individuelles pèsent sur la réalisation du Dessein de l’humanité, l’activité organisée et menée collectivement pèsent plus encore. Elles conduisent à pacifier l’environnement de sorte à le rendre sensible à des énergies supérieures ayant des effets plus profonds sur le cycle de périodicité des énergies en cours.


Les actes désintéressés imprègnent les Dévas, (Consciences extérieures à l’humanité qui créent toutes les formes sur la Terre et dans l’univers) qui répondent par la matérialisation de bienfaits dans toutes les dimensions de l’existence pour l’humanité conformément au Dessein. Cette joyeuse coopération est plus scientifique qu’il n’y paraît. Celui qui plante des arbres ne récolte-t-il pas des fruits ? Et les graines correctement semées ne finissent-elles pas toujours par fleurir ? L’activité collective, formalise des super graines qui ne pourraient exister autrement. Nous sommes invités en tant que groupe à créer ces semences nouvelles, à les accueillir dans notre cavité mentale protectrice et nourricière et à les cultiver dans l’activité quotidienne jusqu’à l’enfantement de nouvelles conditions environnementales pour une Société réoxygénée.


Comme les générations qui nous ont précédés et celles qui suivront, nous avons l’opportunité de connaître les profondes joies de la (mater)nité et d’être les Parents d’un nouveau monde. Puissions-nous ensemble, accorder nos efforts et par la qualité de nos pensées comme de nos actions, accomplir l’Un-possible.


Crédits Images : Alice Garden & Jude Allen



33 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE