De la noble indifférence à la Pleine Conscience



La conscience est un terme générique pour exprimer différentes façons de percevoir le monde et d'évoluer à travers la voie du milieu. Au plus haut des états est la méta-conscience aussi connue comme la pure conscience, l'état d'universalité, l'âme. Elle se situe au-delà du triangle cosmique.


Le triangle cosmique symbolise les trois dimensions de l'existence. Il se compose de la dualité Raja et Tamas et de la voie du milieu, Sattva, le mental de cœur. Ensemble, ils manifestent le plan d'existence. Le triangle est produit lors de l'expiration de l'âme en tant que pure conscience et à travers lui, l'âme crée toutes les formes du monde. C'est pourquoi tout ce qui existe est soumis à la dualité.

Le mental de cœur est la clé pour sortir de la dualité et accéder au-delà du triangle cosmique, dans la pure conscience. Par l'apprentissage à la noble indifférence, on neutralise les effets de la dualité. Raja convoque les effets dynamiques comme la chaleur, le frottement, la friction et la brulure. Tamas convoque les effets d'inertie, de ralentissement, de procrastination, d'impuissance. La noble indifférence "Sattva" est la voie du milieu, de l'éternel accomplissement, le bonheur absolu œuvrant à travers la dualité sans en être prisonnier.


La compréhension profonde du principe sattvique est la pleine conscience réunissant la dimension supérieure avec la dimension inférieure en un état inséparable, une synthèse unifiée que les Sages ont maintes fois expliquée et traduit dans leurs enseignements.


La pleine conscience consiste à apprendre à vivre selon la noble indifférence c'est-à dire, détaché de toute dualité car cela conduit directement au sommet du triangle dans le mental de cœur, un état intérieur d'extrême attention. Tel un cerf à l'affut de toute prédation et libéré de l'activité incessante du mental inférieur qui intellectualise tout, il s'agit de développer une hyperacuité.


C'est comme être à quelques millimètres en retrait dans son propre corps et sensible à la naissance de tout mouvement psychocorporel en soi mais libéré des limitations du soi physique. C'est de cette façon que l'on réalise Yoga tout en vivant la vie quotidienne. Être connecté au tout, libéré de la dualité et pourtant ancré dans la matérialité afin que l'âme inspire l'action et que l'action agisse sur l'environnement comme une chaine de causes et d'effets inéluctablement tournée vers le bien commun. Placer intentionnellement sa force créatrice au service de l'âme.


C'est un peu comme mettre la puissance de son ordinateur à la disposition d'un réseau tout en continuant de l'utiliser.

Enfin, dans la matérialité, nous utilisons aussi le terme de "conscience" comme le fait d'une perception consciente de la vie au travers des cinq sens tournés vers l'extérieur. Les cinq sens sont produits par le triangle cosmique. Ils sont par conséquent toujours soumis à la dualité. C'est pourquoi, tous ceux qui avancent sur ce chemin cherchent à accéder d'une façon ou d'une autre au-delà de la dualité par le détachement volontaire aux sens.


L'état de joie et de paix que confère la noble indifférence aux sens extérieurs ne doit pas être un objectif personnel mais permettre d'agir avec justesse pour tout ce à quoi le corps et l'esprit sont reliés et connectés en temps réel et saisir ainsi l'extrême perméabilité des intentions intérieures sur l'extérieur.


Le cœur unifié au mental supérieur confère la lumière de la vérité intérieure, là où l'intention initiale demeure et offre de pouvoir agir avec amour et discernement.


Crédit Image 1 : Josh Pierce Crédit Image triangle : Inconnu