Rechercher
  • Cyril Léger

Communier avec la vie



La grande idée de la méditation, ce n'est pas de penser à rien ou encore de se rendre dans un lieu caché en soi mais de rentrer en communion avec cette Présence qui est perpétuellement en méditation. 


La Vie est un processus méditatif et tout notre environnement en fait la démonstration constante. La concentration de l’énergie de la Vie ou la Présence est maintenue dans une telle qualité que des minéraux, des végétaux, des animaux et des humains peuplent le monde. La montagne médite, comme la fleur, l’arbre ou l’oiseau. En fait, rien n’existe en dehors de la Présence qui concentre la conscience dans des formes vivantes. 


Tout ce sur quoi le regard se pose, grandit. Et la Présence par son omniscience demeure simultanément dans chaque atome de l'univers. Elle dévoile sa beauté miraculeuse à ceux qui savent s'oublier un instant. Voilà comment la Nature véritable de toute chose exerce son activité à temps plein.


Le mental humain est si étroit qu'il passe à côté de l’évidence et focalise son attention sur ce qui est extérieur, c’est-à-dire sur les conséquences et non sur la cause du réel.


La Nature de cette Présence vivante est si vaste et si mystérieuse que nous n'arrivons pas à la saisir. Nous sommes comme des gouttes d'eau perdues dans l’immensité marine, à la recherche de l'océan alors que tout ce qui nous entoure est en méditation permanente. De la même façon, le ciel débute là où la terre s’arrête. Pour autant, nous continuons à essayer d’aller dans le ciel alors que nous y sommes déjà, la tête avec les étoiles et participant joyeusement à la musique des sphères célestes. Tandis que la science hésite encore à croire que la distance entre elles et nous, n'auraient pas d'incidences sur la Terre.


Voilà pourquoi, par l'immobilité, l’humain peut ressentir à nouveau cette Présence et s’unir à Elle. À travers cette union, il se rappelle de sa véritable Nature. Il se souvient que rien ne l’a jamais séparé du reste du vivant, si ce n’est sa quête de compréhension qui a eu pour conséquence de l'extraire du ressenti avec l’invisible (l’Un-visible).


Il est important de comprendre que cette quête est cependant inévitable et salutaire. Elle enseigne à l’humain le discernement et la capacité à dédier son énergie créatrice aux besoins du monde selon ses propres compétences et perceptions. Ainsi, nous colorons chacun et chacune un rayon du Soleil de notre personnalité dans le but de servir la Terre selon une certaine géométrie stellaire.


Être en communion avec la Nature véritable n'a pas pour but de s'extraire de la vie matérielle mais de vivre en amour avec la Terre. C'est à son service que l'Homme trouve son expansion et la rédemption. Cette expansion de la Présence dans les formes est continue et notre concours est demandé sur la Terre.


Ne sous-estimons pas le pouvoir de la Terre. C'est elle qui a invoqué notre présence car elle a besoin de nous. Non pas tel que nous sommes actuellement, c'est-à-dire comme des assassins du vivant. La Terre réclame de l'Homme la manifestation de ses qualités fondamentales. Elle réclame son amour à travers son pouvoir de créer du lien de qualité. Elle réclame son esprit fraternel.


Ne passons pas à côté du miracle de la vie car il se produit à chaque instant là, tout près, en Soi qui est aussi celui de tous. Pour méditer, il faut arrêter de chercher à méditer et laisser la partie en soi qui médite, envahir totalement l'espace.


Photo by Philippe Toupet on Unsplash


62 vues

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE