Rechercher
  • Cyril Léger

À travers l'Automne 

À travers l’automne, la mort doucement s’invite. Ce qui a débuté cette année, s’est s'accomplit et a trouvé son apogée au milieu de l’été. Mais c’est ici et maintenant, dans cette matière précisément qu’un dernier embrasement se ressent. Ainsi, chaque seconde est une opportunité à se libérer autant que possible de tout ce qui n’est pas imprégné du futur inspiré. Laissons partir et s’enfuir toutes les formes indésirables pour l’âme. Rien ne doit les retenir surtout pas la peur. Rien ne doit empêcher la vie de s'écouler, rien ne doit faire obstacle à l’indomptable énergie d’évolution, de progression. La peur, ici, est battue à son propre jeu car là, dans les feuillages rougissants tout s’enflamme. Il n’y a de la place que pour la vie. Ainsi, les formes anciennes s’effritent et se désagrègent consumées par les éléments, eux-mêmes soufflés par l’esprit du changement. C’est l’automne et toute la nature se régale de son propre effondrement. Affirmons, Je suis de cette Origine et fournissons chacun à notre mesure une partie du festin divin. La vision a été donnée, l’énergie engagée, les fruits ont été récoltés, le menu établit et rien ne saurait retarder l’ensemble de festoyer. C’est le moment d’incarner aussi clairement que possible l’inaltérable Vérité, de la laisser s’embraser, d’alimenter le brasier qui consolide le Foyer de la fraternité. C’est le moment de chérir la perte, que les murs cèdent, que les portes s’ouvrent. C’est le temps du vent et des éléments, de la pluie et du beau temps. C’est le temps du passage, celui du Message sans âge. Après l’ultime incandescence vient la mort immobile, celle du froid et du blanc, celle qui alourdit le temps. Réside dans ce fort la mort de la mort. Dans ce silence, l’absence de sens évoque pourtant une autre puissance.

0 vue

​© 2018      MÉDITATION ∆ INCLUSIVE